Cours anglais Paris 11 ème arrondissement

DIF, Formation Professionnelle Continue à Paris

 

Le DIF en 6 questions en France
Le DIF, c’est parti ! Après une période de lancement quasi confidentielle en mai 2005, ce nouveau dispositif se met progressivement en place. Il aura fallu plus d’un an pour que les salariés et leurs employeurs découvrent cette nouvelle offre de formation. 
1. De quoi s’agit-il ? 
Le Droit Individuel à la Formation ouvre à tout salarié la possibilité de bénéficier (selon les accords de branche) de 20 heures de formation par an. C’est à vous d’en faire la demande auprès de votre employeur. Ce dispositif est financé sur le Plan de formation de votre entreprise. 
2. Qui peut en bénéficier ? 
Tous les salariés peuvent bénéficier du DIF. Toutes les entreprises sont concernées, même celles de moins de 10 salariés. Vos droits au DIF s’ouvrent après un an d’ancienneté dans l’entreprise. Rassurez-vous, les mois écoulés seront comptabilisés pour l’année suivante. Si vous êtes en CDD, le DIF est calculé au prorata de votre temps de présence dans l'entreprise. Vous devez faire votre demande auprès du Fongecif et non à votre employeur. C'est cet organisme qui prendra alors en charge votre DIF. 
3. Votre employeur peut-il vous le refuser ? 
Oui, il a le droit de vous refuser le DIF et cela pendant deux années de suite. De plus, il n'est pas obligé de motiver son refus. Mais détail important, votre employeur ne peut vous imposer une formation de son choix. Vous préférez l’anglais à la bureautique, c’est vous qui décidez ! 
4. Comment se déroule le DIF ? 
Une fois accordé, le DIF doit se dérouler théoriquement en dehors de votre temps de travail. Vous percevez alors une indemnité de 50% de votre rémunération nette. Cependant, votre entreprise peut décider que votre formation se déroulera pendant vos heures de travail. Dans ce cas, elle ne vous versera aucune indemnité. 
5. Le salarié peut-il prendre les devants ? 
Oui, sans hésiter ! Avec le DIF, la réforme de la formation professionnelle a impulsé une forte évolution des pratiques. Fini le temps où les demandes des salariés restaient sans suite et où les entreprises n’utilisaient pas toujours leur « cagnotte ». Aujourd’hui, les salariés sont très prescripteurs de formation. Le DIF leur ouvre un vrai droit à la formation qu’ils revendiquent dès que possible. « Ce sont en majorité les salariés qui viennent vers nous. Nous ciblons leur attente. Puis, budget en main, ils retournent vers leurs responsables », confirme Monique Novion, assistante pédagogique chez IFOCOP. Contrairement aux grands groupes qui, pour éviter d’être débordés, ont anticipé au maximum les demandes de DIF. Les PME ont eu une prise de conscience plus tardive. Sous l’impulsion de leurs salariés qui n’hésitent pas à faire les démarches, une vraie volonté de formation s’est révélée dans bien des entreprises. 
6. Quel type de formation est accessible ? 
L’anglais représente 80% des demandes de formation linguistique. Les demandes concernent essentiellement l’anglais usuel à usage professionnel. Les formations à distance (Internet, téléphone) permettent de réduire les coûts. Cependant, les besoins sont très axés sur l’expression orale (se présenter, donner son opinion, négocier…) « L’objectif principal est de permettre au salarié d’être immédiatement opérationnel sur son poste de travail », précise Maud conseillère formation à l’Ambassade des Langues. Pour optimiser ces 20 heures de formation, il est conseillé de cibler une seule compétence à la fois : par exemple, un module « téléphoner en anglais ». N’hésitez pas à contacter les organismes de formation et à demander des devis !

Le DIF en 6 questions en France

 

Le DIF, c’est parti ! Après une période de lancement quasi confidentielle en mai 2005, ce nouveau dispositif se met progressivement en place. Il aura fallu plus d’un an pour que les salariés et leurs employeurs découvrent cette nouvelle offre de formation. Et le DIF est aussi valable pour nos cours d'anglais.

 

  1. De quoi s’agit-il ? 
    Le Droit Individuel à la Formation ouvre à tout salarié la possibilité de bénéficier (selon les accords de branche) de 20 heures de formation par an. C’est à vous d’en faire la demande auprès de votre employeur. Ce dispositif est financé sur le Plan de formation de votre entreprise. 

     
  2. Qui peut en bénéficier ? 
    Tous les salariés peuvent bénéficier du DIF. Toutes les entreprises sont concernées, même celles de moins de 10 salariés. Vos droits au DIF s’ouvrent après un an d’ancienneté dans l’entreprise. Rassurez-vous, les mois écoulés seront comptabilisés pour l’année suivante. Si vous êtes en CDD, le DIF est calculé au prorata de votre temps de présence dans l'entreprise. Vous devez faire votre demande auprès du Fongecif et non à votre employeur. C'est cet organisme qui prendra alors en charge votre DIF. 

     
  3. Votre employeur peut-il vous le refuser ? 
    Oui, il a le droit de vous refuser le DIF et cela pendant deux années de suite. De plus, il n'est pas obligé de motiver son refus. Mais détail important, votre employeur ne peut vous imposer une formation de son choix. Vous préférez l’anglais à la bureautique, c’est vous qui décidez ! 

     
  4. Comment se déroule le DIF ? 
    Une fois accordé, le DIF doit se dérouler théoriquement en dehors de votre temps de travail. Vous percevez alors une indemnité de 50% de votre rémunération nette. Cependant, votre entreprise peut décider que votre formation se déroulera pendant vos heures de travail. Dans ce cas, elle ne vous versera aucune indemnité. 

     
  5. Le salarié peut-il prendre les devants ? 
    Oui, sans hésiter ! Avec le DIF, la réforme de la formation professionnelle a impulsé une forte évolution des pratiques. Fini le temps où les demandes des salariés restaient sans suite et où les entreprises n’utilisaient pas toujours leur « cagnotte ». Aujourd’hui, les salariés sont très prescripteurs de formation. Le DIF leur ouvre un vrai droit à la formation qu’ils revendiquent dès que possible. « Ce sont en majorité les salariés qui viennent vers nous. Nous ciblons leur attente. Puis, budget en main, ils retournent vers leurs responsables », confirme Monique Novion, assistante pédagogique chez IFOCOP. Contrairement aux grands groupes qui, pour éviter d’être débordés, ont anticipé au maximum les demandes de DIF. Les PME ont eu une prise de conscience plus tardive. Sous l’impulsion de leurs salariés qui n’hésitent pas à faire les démarches, une vraie volonté de formation s’est révélée dans bien des entreprises. 

     
  6. Quel type de formation est accessible ? 
    L’anglais représente 80% des demandes de formation linguistique. Les demandes concernent essentiellement l’anglais usuel à usage professionnel. Les formations à distance (Internet, téléphone) permettent de réduire les coûts. Cependant, les besoins sont très axés sur l’expression orale (se présenter, donner son opinion, négocier…) « L’objectif principal est de permettre au salarié d’être immédiatement opérationnel sur son poste de travail », précise Maud conseillère formation à l’Ambassade des Langues. Pour optimiser ces 20 heures de formation, il est conseillé de cibler une seule compétence à la fois : par exemple, un module « téléphoner en anglais ». N’hésitez pas à contacter les organismes de formation et à demander des devis !

171 boulevard Voltaire 75011 PARIS
01.43.79.65.05
SIRET 321303810